Mac En Fête, c'est la liste du délire. Si t'es pas capable de délirer, je te plains d'être ici. T'as déjà assisté à une réunion de tordus, tous copines et copains, qui délirent autour d'une table de bistrot un jeudi ou un vendredi soir?
Ben, MacEF, c'est plutôt, ça.
Tout le monde parle n'importe quand, n'importe comment, sans
vraiment écouter l'autre. Ce sont habituellement des échanges croisés
ou les convenances politiquement sérieuses n'ont pas à être
observées. Pas de civilités bêtes entre nous. On est tous cop

Bref, nous vivons MacEF. C'est à dire que ça fait partie de
notre existence. Que c'est intégré dans notre quotidien. Que ce n'est
pas comme ouvrir son poste de télé pour regarder une série qui nous
captive. C'est plutôt comme si nous vivions tous dans le même appart
ou la même pension. :-)

Parfois, un mot de l'une ou l'autre fait dresser l'oreille de
tous. Et là, dans un mouvement de solidarité que nous n'arrivons pas
à nous expliquer nous-mêmes, il y a un moment de grâce qui nous
transporte et nous réconforte. Alors là, c'est un grand moment qui
vient prendre place dans le tiroir à souvenirs. Et tous ces moments
là ont des noms de personnes. C'est ça MacEF.

Il n'y a pas beaucoup de listes qui puissent prétendre avoir
tant marqué ses participants. Ici, se concrétise le rêve utopique
d'une société fraternelle universelle. Pas de classes sociales, pas
de domination par un administrateur imbu de lui-même , pas de censure de la part de l'hébergeur qui fait confiance à notre maturité , pas d'insultes personnelles, pas d'engueulades et toutes ces choses qui provoquent la misère humaine.

Il y a bien eu quelques égratignures mais qui de nous croyaient
en la perfection humaine? Si il y a eu quelques malentendus, il se
sont toujours résolus dans la sérénité et le respect des personnes
tant sur la liste que hors liste.

Des fois, par hasard, ça ressemble aussi à une réunion
philosophique de café le dimanche matin. Mais c'est plus rare. Et
c'est en cela que ça constitue des moments privilégiés.

Et l'entraide se trouve quelque part dans tout ça. :-)


Michel Amyot